Édition du 7 février 2018


Imprimer Imprimer

Les plus pauvres meurent beaucoup plus jeunes que les plus riches

Le chiffre est impressionnant : selon la dernière enquête de l’Insee, les 5 % de Français les plus pauvres vivent en moyenne 13 années de moins que les 5 % les plus riches.
En France, les hommes dont le niveau de vie moyen est de 470 euros par mois ont une espérance de vie de 71,7 ans. Celle de ceux qui gagnent plus de 5 800 euros par mois est de 84,4 ans. La différence est un peu moins considérable chez les femmes, avec 80 ans pour les plus pauvres et 88,3 ans pour les plus aisés.
Ces chiffres sont des extrêmes, mais si l’on regarde les graphiques fournis par l’Insee, on s’aperçoit que la « bascule » se fait aux alentours de 2000 euros de revenu par mois, revenu à partir duquel la hausse de l’espérance de vie rapportée à la richesse est beaucoup moins rapide. Entre 450 et 2 000 euros de revenus par mois, ce sont déjà 10 ans d’espérance de vie que l’on gagne ou que l’on perd : à partir de 2 000 euros par mois, les hommes passent la barre des 81 ans d’espérance de vie. Ce que l’Insee exprime en termes statistiques clairs : « Aux alentours de 1000 euros par mois, 100 euros supplémentaires sont associés à 0,9 an en plus d’espérance de vie chez les hommes. (…) Autour de 2000 euros, le gain d’espérance de vie n’est plus que de 0,3 an chez les hommes. »
Tous revenus confondus, l’espérance de vie des femmes reste supérieure à celle des hommes, ce qui s’explique notamment par un meilleur suivi médical – lié aux grossesses – et un temps de travail encore inférieur à celui des hommes, les exposant moins aux risques professionnels.
L’Insee avance un certain nombre d’explications sur le fait que les plus riches vivent plus longtemps que les plus pauvres. Sans surprise, on lit que les difficultés financières limitent l’accès aux soins : « 11 % des adultes parmi les 20 % les plus modestes disent avoir renoncé à consulter un médecin pendant les 12 derniers mois, contre 1% des 20 % les plus aisés ». Les cadres sont moins soumis aux risques professionnels que les ouvriers, et les comportements défavorables à la santé (tabac, alcool, manque de sport, mauvaise alimentation) sont beaucoup plus fréquents « chez les non-diplômés ». Exemple : le tabagisme quotidien touche 39 % des non-diplômés contre 21 % des diplômés du supérieur.
L’Insee relève aussi que la mauvaise santé n’est pas forcément la conséquence de faibles revenus, mais peut aussi en être la cause : « Une santé défaillante peut freiner la poursuite d’études, l’exercice d’un emploi, ou l’accès aux emplois les plus qualifiés. »
Ces différences se reflètent, forcément, au niveau géographique. En Occitanie, Paca ou Île-de-France, on vit plus longtemps que dans les Hauts-de-France et en Normandie.
F.L.
Télécharger l’étude de l’Insee.

Édition du 7 février 2018 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 7 février 2018

  • Ministère de la justice

    Arrêté du 29 janvier 2018 portant modification de l'arrêté du 22 juillet 2010 portant création d'un établissement de placement éducatif et d'insertion à Fort-de-France (972)


    Lire le JO  

  • Ministère des solidarités et de la santé

    Arrêté du 5 février 2018 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques agréées à l'usage des collectivités et divers services publics


    Lire le JO  

  • Assemblée nationale

    Ordre du jour


    Lire le JO  

  • Sénat

    Ordre du jour


    Lire le JO  

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de mai :

Rythmes scolaires : conserver les acquis de la réforme
Bibliothèques : « Ouvrir plus, ouvrir mieux... » Avec quels moyens ?
Territoires : Le tourisme fluvial allie enjeux touristiques et écologiques
Pratique : Accompagner le développement de la pratique du vélo

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr