Édition du 11  juillet 2018


Imprimer Imprimer

France Stratégie publie une enquête sur l’influence de l’origine sociale sur le niveau de vie

« Dans quelle mesure l’origine sociale détermine-t-elle le niveau de vie des individus ? » Dans une note d’analyse, intitulée « Nés sous la même étoile ? Origine sociale et niveau de vie », le département Société et questions sociales de France Stratégie a étudié, sur la base d’un échantillon d’environ 80 000 personnes nées en France et âgées de 27 à 44 ans, comment le niveau de vie des personnes varie selon la profession de leur père et le contexte familial (revenu d’un conjoint éventuel, présence ou non d’enfants dans le ménage). Cette note distingue « l’influence respective de l’origine sociale, de l’âge, du genre et de l’origine migratoire et, d’autre part, les canaux par lesquels transite l’influence de l’origine sociale (niveau de diplôme, homogamie sociale (mariage entre personnes d'un même groupe social) et autres facteurs comme le réseau social). »
Bien que la France soit l’un des pays « les moins inégalitaires en termes de revenus (après redistribution) », l’enquête assure qu’elle accuse « un niveau élevé d’inégalités des chances », notamment aux deux extrémités de la distribution sociale : parmi les 10 % les plus modestes, plus de la moitié sont des enfants d’ouvriers ; parmi les 10 % les plus aisés, seulement un sur six.
L’auteur explique que « l’origine sociale influe fortement sur la probabilité qu’ont les individus d’atteindre une position plutôt qu’une autre dans la distribution des niveaux de vie. » Par exemple, un individu dont le père est médecin ou avocat a 50 % de chances de faire partie des 20 % les plus aisés, celui dont le père est professeur 40 % mais pour un enfant d’auxiliaire de vie ou d’employé de ménage, la probabilité chute à 12 %.
Si l’on détaille plus encore, « ceux dont le père exerçait une profession libérale sont de loin les plus favorisés, avec une chance sur deux de faire partie des 20 % les plus aisés, contre une chance sur quatorze d’appartenir aux 20 % les plus modestes. Suivent les enfants de cadres supérieurs et de chefs d’entreprise de plus de 10 salariés, avec deux chances sur cinq de figurer parmi les 20 % les plus aisés, contre une chance sur dix parmi les plus modestes. »

Un taux de pauvreté de 16 % chez les enfants de père ouvrier non qualifié
L’origine sociale exerce enfin « une influence déterminante sur le risque qu’ont les individus d’appartenir à un ménage pauvre », c’est-à-dire dont le niveau de vie se situe au-dessous de 60 % du niveau de vie médian. Environ 9 % des 27-44 ans étaient sous ce seuil en moyenne entre 2011 et 2014. « Les taux de pauvreté des enfants d’agriculteurs, d’employés et d’artisans-commerçants sont proches de cette moyenne, à l’exception des enfants d’employés des services directs aux particuliers dont le taux de pauvreté est un peu plus élevé (11 %). En revanche, ce taux est de 4 % pour les enfants dont le père était cadre supérieur. À l’inverse, le taux de pauvreté des enfants de père ouvrier non qualifié atteint 16 %. »
Pour autant, une origine sociale très « favorisée » ne garantit pas d’atteindre un niveau de vie élevé. À l’inverse, une origine « défavorisée » n’interdit pas l’accès au haut de la distribution, souligne la note.
Reste enfin à déterminer les facteurs qui accentuent les écarts selon l’origine sociale. Selon l’étude, les écarts de revenus sont fortement liés aux écarts de niveau de diplôme entre catégories d’origine. « L’influence de l’origine sociale sur le niveau de vie des individus transite pour moitié par l’influence qu’elle exerce sur le niveau de diplôme obtenu », écrit l’auteur.
« D’autres effets « hors diplôme » sont à l’œuvre, notamment l’homogamie sociale qui, couplée à l’influence sur la réussite éducative, conduit à ce que les conjoints des enfants d’ouvriers sont significativement moins diplômés que ceux des enfants de cadres. »
L.G.
Télécharger l’étude de France Stratégies « Nés sous la même étoile ? Origine sociale et niveau de vie »
Édition du 11  juillet 2018 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 11  juillet 2018

  • Ministère de l'intérieur

    Arrêté du 29 juin 2018 modifiant l'arrêté du 9 août 2017 autorisant l'expérimentation d'une signalisation routière verticale relative à la vitesse maximale autorisée sur une voie de circulation réservée à certains véhicules assurant les services de transport public réguliers de personnes sur l'autoroute A51


    Lire le JO  

  • Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation

    Arrêté du 25 juin 2018 portant déclaration d'inutilité, déclassement du domaine public de l'Etat et remise au service local du Domaine d'une parcelle située à Mons-en-Barœul (Nord)


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Décret du 10 juillet 2018 portant nomination de la sous-préfète du Vigan - Mme GRAS (Joëlle)


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Décret du 10 juillet 2018 portant nomination du sous-préfet de Mortagne-au-Perche - M. BITZ (Olivier)


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Décret du 10 juillet 2018 portant nomination de la sous-préfète de Bar-sur-Aube - Mme HAVEZ (Emilia)


    Lire le JO  

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro d'octobre


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr